Usuellement, un déchet (détritus, ordure, résiduetc.) désigne : la quantité perdue dans l’usage d’un produit, ce qui en reste après son utilisation1. Ce terme tend à désigner tout objet ou substance ayant subi une altération d’ordre physique ou chimique, ou qui ne présente plus d’utilité et destiné à l’élimination ou au recyclage (Il est alors parfois nommé recyclat2).

Le mot déchet désigne aussi les objets répandus dans la nature par l’homme, le vent, etc., et notamment sur les fonds marins et parfois retrouvés dans les laisses de mer.

Selon une formule employée notamment en logistique, « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ». Dans le monde en 2015 sept à dix milliards de tonnes de déchets urbains ont été produits3. Selon le PNUE, en Asie-Pacifique, 90% des déchets solides urbains finissent en décharge sauvage et ils sont une des premières sources de maladies. À Bombay, plus de 12% des déchets solides urbains sont brûlés en pleine ville ou en dépotoirs en polluant gravement l’air et le sol3. Dans le monde 64 millions de personnes subissent la pollution de 50 des plus grandes décharges3, le volume des déchets continue à croître en Europe et les experts estiment que le volume de déchets urbains pourrait encore doubler en Asie et d’Afrique en 15 à 20 ans3. Quatre-vingt dix-neuf pour-cent des ressources prélevées dans la nature sont reléguées au rang de déchet en moins de quarante-deux jours4.